Le Tramway de Voiron à Charavines et de Charavines à Vienne (C.E.N.) 1891-1936.- Pont-Évêque, Vienne
Cliquez sur les gares et arrêts pour ouvrir des pages avec plus de détails
    
CEN MAP

Encore quelques images
cliquez pour agrandir

La basse vallée de la Gère et le château fort.


Vue remontant la vallée de la Gère


La place Saint Maurice vue de la rive droite


L'embarcadère de Vienne, en arrière plan, la tour et le pont suspendu


Autrefois le cours Brillier était bordé de casernes


La caisse d'épargne et la gare PLM vues du terminus du tram CEN


La même vue maintenant


Le quai du Rhône où passait le service urbain pour Estressin, vu de la rive droite.
Pont-Évêque, Vienne
 

 
Cliquez sur les images pour les agrandir!
Après avoir quitté définitivement le plateau de Saint Jean de Bournay, le tram amorçait une descente par la vallée de la Gère vers Vienne. La ville de Pont-Évêque garde le passage dans les gorges et accueillait d'importantes installations métallurgiques. La nature de l'environnement ici n'est plus agricole mais plutôt industrielle. La ville marquait aussi la limite du service urbain renforcé du CEN qui la reliait à la gare de Vienne, terminus de la ligne.

 
Ici, dans la basse vallée de la Gère, le tramway passait sous la ligne PLM Lyon/Marseille, marquait un arrêt à la Place demi-lune pour prendre ensuite le quai du Rhône. Sur la carte postale à gauche, on voit la concentration de logements et usines autour de la rivière. Le niveau d'eau paraît très bas, on n'ose pas imaginer le niveau de pollution à l'époque! A droite la même scène maintenant avec des eaux limpides. Malgré tout, on sent que le caractère du quartier n'a pas tellement changé. La qualité de vie sans doute est nettement meilleure. La rivière est mise en valeur par une régulation du niveau d'eau. Les canards sont très contents!
     
 
Le tramway suivait le Rhône direction sud et marquait un arrêt place Saint-Maurice. La belle animation autour du kiosque à l'époque a laissé place à la 2 fois 2 voies et une file de voitures incessante!
   
 
Après un kilomètre sur les quais, le tram tournait sur le cours Brillier, à l'époque bordé de casernes de l'armée. Maintenant des immeubles et magasins ont pris la place.
     
 
Au bout du cours se trouve la gare et, à l'époque, le terminus du tram. Sur la photo de droite, on voit la gare SNCF actuelle. Comme souvent, l'horloge a disparu!
Le service urbain pour Estressin et Pont-Évêque partait aussi de la gare avec un arrêt à l'embarcadère du Rhône.
Ce service utilisait des trams hippomobiles au début. Après la guerre, les chevaux étaient remplacés par un autorail Berliet de 40cv.
     
 
Ici, on voit sur la carte postale de gauche, les rails du tramway qui amorcent une grande courbe sur la place Arpôt à Estressin. A droite, la même scène maintenant. La muraille et le beau portail à gauche ont survécu, mais la belle maison derrière a cédé la place à un immeuble moderne, semble-t-il!
   
Page précédente-Estrablin
Fin(retour)
Retour page intro. tramways du bas-Dauphiné Retour page d'accueil principale

Sites Internet visités: Livres et documents consultés: